Contexte de la recherche

La loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) d’août 2007 a profondément remodelé le paysage universitaire et son mode de gouvernance, induisant de nouveaux équilibres et processus décisionnels qui impactent directement l’organisation des établissements publics, ainsi que la vie quotidienne des enseignants chercheurs et chercheurs.

La mise en place des investissements d’avenir à partir de 2010 a favorisé l’émergence de nouvelles entités (Labex, IRT, IHU, IEED…), de projets de logique de site (IDEX, SATT), de possibilités de financement des infrastructures (Equipex, Infrastructures), d’actions de formation (IDEFI) et de recherche ciblée (Cohorte, Nanoélectronique, Bioinformatique…). Ces nouveaux financements, projetés sur des durées longues (5 à 10 ans) induisent des réarrangements locaux que les établissements doivent s’approprier, formaliser et intégrer.

Dans un contexte économique contraint, les positions et orientations stratégiques prises par l’état en ce qui concerne la recherche et l’innovation sont des enjeux majeurs dans la relance économique du pays. A travers les décisions récentes et la notification budgétaire de 2013, l’état français réaffirme le choix national de soutenir et promouvoir un enseignement supérieur de grande qualité et une recherche forte et porteuse d’avenir.

Avec une progression de 2,2% en 2013 le budget du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche atteint presque 23 milliards d’euros, ce qui place la recherche et l’innovation comme une priorité essentielle, et confirme que le gouvernement positionne la réussite étudiante et la recherche publique comme des éléments clefs de la croissance. La recherche et l’innovation sont clairement affichées comme des leviers majeurs du redressement économique et de la sortie de crise pour notre pays. Ces choix et les moyens attribués devront en particulier permettre aux équipes de recherche de se challenger avec leurs confrères européens et internationaux.

Face à la crise de 2008, la Commission Européenne a également adapté le prochain programme de financement de la recherche et de l’innovation, intitulé « Horizon 2020 », clairement positionné sur la stimulation de la croissance et la création d’emploi. Ce programme favorisera les projets fortement innovants et résolument tournés vers la commercialisation des produits et qui concernent les préoccupations de la population. Les financements d’Horizon 2020 seront concentrés autour de 3 priorités :
l’excellence scientifique, par le soutien aux chercheurs talentueux, la facilitation des échanges, l’accès aux infrastructures prioritaires, afin de rendre l’Europe attrayante aux chercheurs internationaux,
- la primauté industrielle, par la promotion des activités en phase avec la réalité des entreprises, l’investissement dans les technologies industrielles clefs, l’optimisation (par le financement) du potentiel de croissances des entreprises européennes, particulièrement les PME
- les défis de société, par la priorisation des défis à relever pour la population en mobilisant les compétences scientifiques et techniques aussi bien que les sciences humaines et sociales.

Le contexte actuel de la recherche est ainsi éminemment mouvant et nouveau ; les acteurs du domaine doivent donc être accompagnés à deux niveaux :
- du point de vue du captage de fonds, afin de décrypter l’ensemble de ces changements politiques et stratégiques, ainsi que les règles et attendus des outils de financement de la recherche qui sont désormais proposés, afin de sélectionner ceux qui sont les mieux adaptés,
- au niveau de la construction des projets par le partage des besoins et objectifs des différents acteurs impliqués (tenant compte de leurs spécificités et intérêts pour le projet) et par la constitution d’un partenariat cohérent et complet.

Les travaux de recherche sont aujourd’hui majoritairement réalisés selon une logique de projets dont le financement est assuré par les subventions et les fonds privés, dans un contexte toujours plus compétitif (en termes de nombre de dossiers et d’ouverture internationale) et résolument orienté vers le transfert.
C’est pourquoi les acteurs de l’innovation (issus de la recherche publique comme du monde socio-économique) gagneront à être accompagnés par des professionnels de l’ingénierie de projets pour accroître leur potentiel de financement.