REPALI – Recyclage de polyoléfines en contact alimentaire et non alimentaire

Programme de financement: Fonds Unique Interministériel

Coordinateur: BARBIER
Partenaires :
Plastique RG
PRP
BOBINO
PAPREC
VERIPLAST
F2DP INDUSTRIES
A3I
Université de St Etienne IMP
Université de Lyon BIODYMIA
CTCPA
CEA LFSM

• Budget Total: € 4 806 381
• Subvention : € 1 939 157
• Durée : 2012-2015
• Siteweb : http://repali.fr/

 

Contexte

Les industriels de l’emballage plastique sont confrontés à une nécessité croissante d’utilisation de matériaux recyclés du fait de contraintes économiques, commerciales ou sociétales.
En effet, face aux prix des matières polymères vierges en constante augmentation, à une demande croissante des clients ou encore à une volonté d’utilisation de leurs rebus industriels, les industriels de l’emballage sont de plus en plus intéressés par l’utilisation des matériaux recyclés, répondant aux exigences de sécurité sanitaire.

Actuellement, le seul matériau polymère recyclé après purification dans les applications industrielles  en contact alimentaire est le PET, principalement sous forme de bouteilles. Or, les industriels souhaiteraient pouvoir disposer d’autres ressources, avec un besoin tout particulier exprimé pour les polyoléfines recyclées pour diverses raisons :
- techniques : fonctionnalité spécifique des polyoléfines non apportée par le PET (souplesse, filmabilité ou propriétés barrières à l’eau),
- écologiques : élargissement de la part des constituants recyclés dans les matériaux commercialisés,
- économiques : le cours des matières recyclées, comme le PET recyclé, en constante augmentation.

 

Objectifs

Ce projet a pour ambition l’utilisation industrielle de matériaux polyoléfines recyclés sur des marchés nécessitant notamment un contact alimentaire.
Il apparait alors une problématique de purification importante de ces matériaux polyoléfines post consommateur, la phase d’utilisation des matériaux avant collecte conduisant à une pollution dans la masse, qui n’est pas solutionnée par de simples opérations de lavage.
Après étude des divers procédés de purification actuellement disponibles, les partenaires du projet ont souhaité privilégier l’utilisation du CO2 supercritique. Les partenaires travailleront au développement de procédés de purification des matériaux polyoléfines recyclés, à savoir un traitement par CO2 supercritique en batch et un traitement couplant extrusion et CO2 supercritique ; ce second procédé sera privilégié en raison de la facilité d’incorporation dans les lignes de production de PAPREC, qui comportent (i) une étape finale d’extrusion en continu pouvant être dotée du disposition d’extraction, et (ii) des flux de résidus destinés à la valorisation thermique, qui pourront absorber  en continu le flux de polluants issu de l’extraction

C’est dans ce contexte de politique d’anticipation que le consortium du projet REPALI s’est constitué.
Des sociétés, utilisatrices potentielles de ces matériaux recyclés, ont souhaité se rapprocher de laboratoires de recherche et des centres techniques afin de monter ce projet collaboratif de R&D.
Ce projet leur permettra de proposer à leurs clients des films, des feuilles ou des emballages fabriqués à partir de nouveaux matériaux polymères recyclés, purifiés et adaptés à différents cahiers des charges, dont en particulier l’aptitude au contact alimentaire et ceci à des coûts acceptables par le marché.
Il sera également possible de commercialiser directement des matières polymères recyclés.

 

Impact / résultats

Impact sur le renforcement de la compétitivité des partenaires

Impacts environnementaux

 

 

Rôle de LIP

LIP a accompagné le porteur de projet dans toute la phase de montage : définition des contours du projet, coordination du montage administratif et financier du projet, conseil à la rédaction, proposition d’un modèle de gouvernance, etc. LIP assiste également le coordinateur du projet dans le management administratif et financier du projet et dans la mise à jour régulière du site web.