SYRIMAP II – Systèmes retardateurs ou d’ignifugeants pour le monde d’après

Programme de financement: Fonds Unique Interministériel

Coordinateur: GROSFILLEX
Partenaires :
Addiplast
Azur Textiles
Bluestar Silicones
Erce Plasturgie
Polyone France
Rhodia
Sulitec
Université Lyon 1 IMP

• Budget Total: € 4 082 687
• Subvention : € 1 741 838
• Durée : 2011-2014

 

Contexte

Des industriels fabriquant et ou utilisant des produits à partir de polymères contenant des systèmes retardateurs de flamme ainsi que des formulations visant à améliorer la réaction ou la résistance au feu de structures composites souhaitent adapter leurs pratiques afin de proposer à leur clients dans leurs domaines d’applications respectifs les solutions techniques et économiques conforment aux nouveaux enjeux sociétaux.
Cette démarche d’innovation doit aboutir à la mise en œuvre de solutions en rupture technologiques permettant de faire face aux difficultés croissantes de commercialisation de l’existant, afin de préserver les performances économiques de ses initiateurs et leur position sur le marché, et promouvoir leurs productions issues de nouveaux procédés et produits plus favorables  aux développements écologiques, à la compétitivité et à l’emploi.

Le consortium actuel regroupe :
1 – la société GROSFILLEX, qui souhaite travailler sur des lambris, en PVC ou encore des sièges pour équipements de spectacles collectifs en Polypropylène (PP) ou Polyéthylène (PE),
2 – la société ADDIPLAST qui apportera toute ses compétences dans la fabrication de compound ou de mélange maitre,
3 – la société AZUR Textiles, qui souhaite développer un fil en polyamide (PA) ou PP contenant en masse des systèmes retardateurs de flamme,
4 – la société BLUESTAR Silicones qui souhaite travailler sur les câbles de sécurité et l’enduction textile ou encore le traitement et la fonctionnalisation de silices de pyrogénation,
5 – la société ERCE Plasturgie qui souhaite développer et commercialiser des tuiles photovoltaïques ignifuges,
6 – la société POLYONE qui apportera toute ses compétences dans la fabrication de compound ou de mélange maitre,
7 – la société RHODIA, qui apportera ses connaissances sur les systèmes retardateurs de flamme et la fonctionnalisation de silice précipitée,     
8 – la société SULITEC, qui souhaite développer des composites hybrides (basés sur des structures non tissées) visant à améliorer la résistance au feu et l’isolation thermique pour le bâtiment et des secteurs industriels variés,
9 - le laboratoire IMP, laboratoire de recherche de l’Université de Lyon 1, qui va apporter ses compétences sur le développement et la fonctionnalisation situ de charges inorganiques dans les  polymères par extrusion réactive ; cette équipe travaillera en collaboration avec :
*  le laboratoire de recherche de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM) sur la synthèse de composés originaux,
* le laboratoire de recherche ARMINES/EMA/CMGD sur l’ignifugation  des polymères intégrant des systèmes de retardateurs de flamme et la compréhension des mécanismes de réaction au feu  

 

Objectifs

L’objectif du projet est de fabriquer de produits avec de nouveaux matériaux polymères retardateurs de flamme ou des structures composites hybrides contenant des charges minérales plus respectueuses de l’environnement et à un taux de charge réduit ; il s’agit de résoudre les problématiques actuelles présentées précédemment, à savoir les impacts environnementaux et sanitaires, les caractéristiques mécaniques ou de processabilité comme la densité, et le tout à un coût de production assez proche des pratiques actuelles.
D’autre part, il est à noter qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de solutions pour l’ignifugation de fils ou de films de faibles épaisseurs à base de polymère de type polyamide ou polyoléfine.
Les objectifs scientifiques vont être :
- un développement de matériaux polymères intégrant des particules générées in situ avec l’objectif d’atteindre des niveaux élevés de comportement au feu mais avec un faible taux de charge,
- Le développement d’un complexage hybride non tissé, souple et à très faible conductivité intégrant des polymères à réaction au feu améliorée et à réaction favorable lors du processus d’oxydation  afin d’atteindre une résistance mécanique et thermique conforme à la classification coupe-feu européenne REI 120.
- une compréhension du mécanisme d’action de particules phosphorées ou greffées par des composés phosphorés sur des polymères ou structures composites hybrides,
- un travail sur le comportement de systèmes retardateurs de flamme constitués de composants réactifs (particules submicroniques générées ou non in situ et composés retardateurs de flamme pouvant produire des effets d’intumescence) dans différents polymères à réaction au feu améliorée et structures composites hybrides polymère/matrice minérale à résistance au feu améliorée.
Ce projet propose une approche de rupture qui est en ligne avec le besoin d’innovation technologique en matière de solution d’amélioration de la performance feu. La génération in situ de charge comportant une fonction chimique de protection de décomposition au feu du polymère, tel qu’un dérivé phosphoré par exemple, est une voie novatrice en ce sens où la cible est alors le renforcement de la performance du polymère de base et non plus une approche de « dilution » par charge minérale et de gestion délicate d’une décomposition rapide via des additifs.
Nous allons également travailler sur le procédé d’extrusion réactive permettant de réaliser cette opération lors de la mise en oeuvre même du polymère.

Les objectifs industriels vont être le développement de produits finis contenant de nouveaux systèmes retardateurs de flamme, comme des lambris, sièges de spectacles, fils textile, tuiles photovoltaïques, câble de sécurité, films d’enduction textile à partir de matériaux polymères mais aussi des parois souples contenant des polymères et à très hautes résistances thermiques comme faible conductivité permettant la mise en sécurité d’espaces industriels ou monuments historiques par création retardée de secteur feu.
Ces nouveaux produits présenteront des performances améliorées au niveau des impacts environnementaux, des caractéristiques mécaniques ou de processabilité et le tout à un coût de fabrication proche de la situation actuelle.
Les avantages sont alors évidents puisqu’on élaborera des matériaux minimisant les taux de charges incorporés
On répond donc ainsi à la problématique de densité tout en préservant également un niveau élevé des propriétés mécaniques.
De même, en application parois ou couches minces, cette approche élimine tous les effets négatifs de stabilité et de mise en œuvre de produits fluides fortement chargés. Ceci ouvre alors une grande latitude de formulation de nouvelles générations de polymères ou structures composites ignifugés (avec silicone, PA ou PP) à tenue au feu améliorée pour des applications en couches minces, fibres textiles, structures non tissées hybrides, ce qui constitue une réelle rupture technologique.

Les objectifs économiques sont de pérenniser les positions actuelles des partenaires tant au niveau du chiffre d’affaires que des emplois correspondants. Les données cumulées sont un CA de 95 millions d’euros et un nombre d’emploi de plus de 230 personnes.
De plus, des objectifs de développement sont également présents avec un CA cumulé de quelques 45 millions d’euros.

 

Impact / résultats

Impact sur le renforcement de la compétitivité des partenaires

Potentialités du projet à permettre de transférer ultérieurement ses résultats vers d’autres marchés

Identification des impacts environnementaux

 

 

Rôle de LIP

LIP a accompagné le porteur de projet dans toute la phase de montage : définition des contours du projet, coordination du montage administratif et financier du projet, conseil à la rédaction, proposition d’un modèle de gouvernance, etc. LIP assiste également le coordinateur du projet dans le management administratif et financier du projet.