Contrairement au dogme postulant que les récepteurs ne fonctionnent qu’en présence de leur ligand, il a été proposé que certains récepteurs sont tout de même actifs en l’absence de leur ligand et induisent alors la mort cellulaire. La survie d’une cellule avec de tels récepteurs à sa surface est donc fortement dépendante de la présence de leurs ligands respectifs dans le milieu extérieur. Ces « récepteurs à dépendance » sont susceptibles d’être impliqués dans le développement de l’organisme et dans la régulation de la progression des cancers. Ce projet vise à mieux comprendre comment ces récepteurs induisent la mort cellulaire et à définir leur rôle précis au cours du développement. Les chercheurs tentent également de prouver que ces récepteurs représentent une barrière efficace contre la progression des cancers, afin de développer de nouvelles thérapies permettant de réactiver la mort induite par ces récepteurs lors de cancers. En savoir plus...